skip to Main Content
notrevraienature@gmail.com / Lac St-Jean, Québec

La haie diversifiée, élément essentiel dans un jardin agroécologique

Outre l’aspect esthétique et d’intimité, les nombreux bénéfices que peut apporter une haie végétale au jardin sont souvent sous-estimés. Là, je ne parle pas des trop communes haies de cèdres, mais bien de haies écologiques composées d’une grande diversité d’espèces et où chaque plante apporte une ou plusieurs utilités aux habitants du jardin.

Dans un design permaculturel, on cherche à ce que chaque élément remplisse un maximum de fonctions et la haie diversifiée en est un très bel exemple. C’est également une façon simple et efficace de créer des effets de bordure, qui sont très importants dans un design. Voici donc les principaux intérêts dont vous pourriez bénéficier après l’implantation d’un tel aménagement.

Les fonctions que peut remplir une haie diversifiée :

  • Production de nourriture

Plusieurs espèces au port arbustif et à faible entretien (amélanchier, aubépine, groseillier, noisetier…) produisent de bons fruits comestibles et sont très appropriées pour l’implantation d’une haie. Si l’espace le permet, des arbres fruitiers de plus grande envergure (prunier, pommier, noyer…) ainsi que des herbacées vivaces (fines herbes, légumes perpétuels et fleurs comestibles) peuvent aussi être ajoutés à la haie.

Les végétaux vivaces comestibles apportent beaucoup plus d’autonomie et d’abondance aux jardinier.es. Non seulement ils produisent de la nourriture tout en nécessitant moins d’entretien, mais ils rendent aussi de nombreux services écosystémiques, comme nous le verrons plus loin. La haie comestible est donc un excellent moyen de maximiser les récoltes au jardin, en plus de produire une multitude de ressources dont la faune peut également profiter!

  • Attirer la biodiversité

Une grande biodiversité est primordiale pour obtenir un jardin en santé. Plus il y a d’espèces dans un milieu, plus celui-ci est résilient et capable de s’autoréguler. La meilleure manière d’attirer un maximum d’espèces bénéfiques (oiseaux, insectes auxiliaires, amphibiens, chauves-souris…) de façon permanente dans votre cour est d’implanter des végétaux qui leur fourniront les ressources nécessaires pour combler leurs besoins de base. C’est-à-dire une ou plusieurs sources de nourriture, de l’eau, des abris, des sites de reproduction et d’hivernation.

Heureusement, une haie bien planifiée pourra fournir la plupart de ces besoins essentiels à la faune, il suffit de sélectionner les espèces adéquates. D’autre part, les haies végétales en milieux agricoles fournissent des corridors de déplacement très utiles pour plusieurs espèces qui peuvent rester protégées des prédateurs, ou simplement pour leur fournir des aires de repos entre deux champs.

  • Héberger les insectes auxiliaires

Parmi les nombreuses espèces fauniques qui peuvent servir d’alliées dans la régulation des ravageurs au jardin, il y a ce qu’on appelle les insectes auxiliaires, soit prédateurs ou parasitoïdes, qui vont s’attaquer aux insectes nuisibles. Toutefois, dans un jardin comportant peu de vivaces, les auxiliaires n’auront pas de gîte permanent pour passer l’hiver et leur population devra donc se refaire à chaque année.

Par conséquent, il est avantageux d’aménager une haie diversifiée autour du potager, par exemple où les insectes pourront s’abriter pendant la saison froide. Ainsi, les auxiliaires ayant survécus seront parmi les premiers à se réveiller au printemps et pourront contrôler les ravageurs dès leur arrivée. Ce qui limitera considérablement les impacts de ces derniers sur les cultures.

De plus, en général, les insectes bénéfiques ont une moins grande capacité de dispersion que les ravageurs. En campagne, la présence de haies diversifiées dans les grands espaces cultivés favorise donc leurs déplacements et les incite à s’établir de façon permanente.

  • Microclimat/ Brise-vent

Une des principales raisons pour laquelle des haies végétales sont aménagées est qu’elles font d’excellents brise-vents naturels, particulièrement en zones agricoles. Si vous êtes dans un tel secteur venteux, implanter une haie pour ralentir les vents dominants est très avantageux. En effet, en les plantant au bon endroit, les brise-vents diminuent l’évaporation de l’eau dans le sol et créent également des microclimats plus chauds, idéal pour les cultures sensibles au froid.

Autre fait intéressant, les haies matures et bien touffues fournissent des zones humides et tempérées appréciées par la faune lors des sécheresses estivales. De tels aménagements peuvent même diminuer la consommation en énergie des bâtiments protégés!

  • Protection contre les intrusions

Si vous habitez près de milieux sauvages et voulez empêcher par exemple les lièvres ou les chevreuils de prendre vos cultures pour repas, une haie dense composée de végétaux épineux (rosiers, aubépines, houx, ronces…) est toute indiquée. Cela peut aussi être utile contre les chiens et chats du voisinage si ces derniers vous posent problème.

Une astuce très intéressante, qui imite le phénomène de succession écologique, consiste à placer des espèces épineuses autour de jeunes arbres récemment plantés. Les jeunes arbres étant souvent la proie des herbivores, ils seront alors protégés par une clôture d’épines naturelles. Dans ce cas, le seul désavantage est évidemment qu’il faut être prudent pour ne pas vous piquer les doigts ou les yeux!

  • Amélioration de la fertilité du sol.

Pour obtenir et conserver un sol de qualité, un bon taux de matière organique est essentiel, afin de favoriser l’activité des micro-organismes. Pour en savoir plus sur ce sujet, consultez notre article Nourrir son sol, engrais ou amendement? Les végétaux qui constituent une haie diversifiée et qui perdent leur feuillage à l’automne fournissent donc une excellente source de matière organique à votre jardin, au grand plaisir de la microfaune du sol.

Il faut aussi considérer la symbiose des mycorhizes (champignons vivant dans le sol) avec les racines des plantes. Pour résumer, en se fixant aux systèmes racinaires des végétaux, les mycorhizes créent un réseau de filaments extrêmement complexe appelé mycélium, grâce auquel ils ont la capacité d’acheminer des nutriments inaccessibles aux plantes jusqu’à leurs racines.

Cependant, pour survivre, les mycorhizes nécessitent la présence de racines. Ainsi, une haie diversifiée vivace disposée autour du potager d’annuelles et composée d’espèces indigènes idéalement permettra aux mycorhizes de coloniser le potager beaucoup plus rapidement lors de l’implantation des semis de légumes par exemple. Les mycorhizes étant un sujet assez complexe, nous en reparlerons dans un prochain article.

  • Protection contre les produits chimiques

Les terrains entourés par des champs d’agriculture conventionnelle reçoivent certainement une partie des produits chimiques lorsqu’ils sont appliqués sur les cultures, principalement par le vent ou par ruissellement. Notamment les pesticides et herbicides qui, on le sait, sont très néfastes pour la santé et l’environnement.

Une haie touffue composée de grands arbres formant une barrière tout autour de votre propriété sera alors très utile dans une pareille situation. Bien évidemment, si la haie a comme fonction de bloquer les produits chimiques, aucune cueillette ne devrait y être effectuée!

Quelques conseils pour la conception et l’entretien d’une haie agroécologique :

  • Choix des végétaux

La permaculture met beaucoup l’emphase sur l’observation de notre environnement, avant l’implantation des éléments composant le design. Par conséquent, une haie doit être bien planifiée pour répondre aux objectifs de départ et pour pouvoir bien s’épanouir. Les principaux points à observer sur votre terrain avant l’implantation étant : le type de sol, le pH, le drainage, l’orientation des vents dominants (dans le cas d’un brise-vent), les obstacles physiques, les cultures à proximité et les végétaux déjà présents.

Maintenant, lors de l’achat des végétaux qui constitueront votre haie, le choix des espèces dépendra grandement du ou des rôles de votre aménagement (comestibles, biodiversité, b-v, …). Toutefois, en règle générale, les espèces indigènes à votre région sont toujours à prioriser, puisque ces plantes seront déjà adaptées aux conditions de votre milieu.

Pour attirer la biodiversité :

Les espèces qui produisent du pollen, du nectar, des graines et autres petits fruits favoriseront davantage les populations d’insectes auxiliaires et d’oiseaux.

En sélectionnant des végétaux ayant des floraisons successives tout au long de la saison, les auxiliaires peuvent avoir accès à des sources d’énergies constantes.

Les arbustes aux ports compacts, quant à eux, fournissent dexcellents sites de nidification pour les oiseaux, tandis que les conifères leur procurent des abris pendant l’hiver.

Voici une liste de certaines espèces indigènes du Québec qui peuvent être utiles dans une haie agroécologique :

Arbustes

  • Amélanchiers
  • Aubépines
  • Caraganiers
  • Cornouillers
  • Framboisiers
  • Groseilliers
  • Noisetiers
  • Pruniers
  • Saules
  • Sureaux
  • Viornes

Arbres

  • Bouleaux
  • Chênes
  • Épinettes
  • Érables
  • Frênes
  • Mélèzes
  • Noyers
  • Ormes
  • Peupliers
  • Thuyas
  • Sapins

Pour en savoir plus sur les aspects importants à prendre en compte lors de l’achat de vos végétaux, consultez notre article Comment choisir des plantes adaptées à votre jardin.

  • Plantation

Pour une meilleure efficacité des brise-vents, il est préférable de planter au moins 2 à 3 rangées de végétaux, constituées de plusieurs strates de hauteur. De cette manière, le vent sera ralenti sur toute la hauteur de la haie.

Pour protéger des cultures ou des bâtiments adéquatement, il est aussi important que la haie forme un L ou un U de manière perpendiculaire aux vents dominants.

Utiliser plusieurs strates permet également de planter un maximum de diversité végétale dans un même espace, ce qui rend votre haie encore plus écologique.

Au Québec, la plantation d’arbres et d’arbustes doit s’effectuer idéalement tôt au printemps, après tout risque de gel, ou après l’aoûtement à l’automne.

  • Taille

Les végétaux en général ne doivent pas être taillés au printemps, car c’est la période de nidification des oiseaux, mais plutôt à la fin de l’été ou à l’automne.

Tailler les buissons et arbustes à port compact stimule leurs ramifications, ce qui crée des habitats propices à la construction de nids.

Les résidus de taille peuvent être laissés au sol pour enrichir la terre et fournir des abris pour les insectes et autres petits animaux.

Pour conclure, qu’elle soit petite ou grande, une haie diversifiée apportera de nombreux bénéfices écologiques à votre jardin. L’essentiel reste de bien planifier les espèces à planter et de quelle manière, selon les fonctions que remplira votre haie. Implanter des clôtures naturelles comme des haies agroécologiques est une solution simple et efficace pour valoriser votre propriété, tout en prenant soin de la nature.

J’espère que cet article vous aura donné envie d’introduire plus de haies dans votre jardin!

Références

– Fiche technique, Implantation de haies brise-vent, PRIM-VERT, MAPAQ, 2016-2017.

Connaître les ennemis naturels des insectes ravageurs et favoriser leur activité dans les cultures maraîchères, Alexandre Gilbert, Jonathan Pineault et Geneviève Durand ,Écomestible, Sherbrooke, février 2018.

Des Refuges pour la nature – Arbres et arbustes pour les oiseaux, Refuge LPO.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top