skip to Main Content
notrevraienature@gmail.com / Lac St-Jean, Québec
Comment Choisir Des Plantes Adaptées à Votre Jardin

Comment choisir des plantes adaptées à votre jardin

Arbres, arbustes, légumes, fleurs, fruitiers… choisir ses plantes d’extérieures pour le jardin, le balcon ou la terrasse est une étape excitante, mais qui n’est pas toujours évidente. Il est facile d’acheter des plantes, certes, mais choisir celles qui vous conviendront, c’est une toute autre histoire qui demande réflexion pour éviter la déception, la perte de temps et d’argent. Dans cet article, vous verrez quels critères vérifier afin de choisir les végétaux qui s’adapteront le mieux à votre contexte, ainsi que les erreurs communes à éviter.

– Temps à consacrer –

Avant toute chose, il est primordial de réfléchir au temps que vous avez à consacrer à l’entretien de vos végétaux, afin de choisir des plantes qui vous correspondront. Pour ceux et celles qui ont peu de temps à investir chaque semaine au jardin, je vous conseille de privilégier les plantes à faible entretien et faciles de culture. Il est tout à fait possible d’avoir un beau jardin en investissant un minimum d’heures par semaine en choisissant les bons végétaux.

– La rusticité –

La rusticité d’une plante se résume à son potentiel de tolérance au froid. Assurez-vous de planter des végétaux qui peuvent pousser sous les conditions climatiques de votre région. Les vivaces survivent très bien dans un climat qui se rapproche le plus de leur habitat naturel.

Étant donné que les conditions climatiques peuvent varier d’une région à l’autre, des chercheurs d’Agriculture Canada présentent une carte de neuf grandes zones de rusticités différentes. La zone 0 étant la plus froide et la zone 8 étant la plus chaude. Chaque zone est composée de deux sous-zones, soit la sous-zone « a » qui présente un climat plus froid que la sous-zone « b ».

Lorsque nous achetons une nouvelle espèce vivace, il est donc très important de se renseigner sur sa zone de rusticité. La zone de rusticité accordée à une plante est la zone la plus froide dans laquelle elle peut croître normalement et bien survivre. Généralement, la zone de rusticité est mentionnée sur l’étiquette d’identification attachée sur le pot de la plante.

Si vous achetez vos plantes vivaces, arbustes et arbres dans une pépinière locale qui produit ses propres plants, vous avez plus de chance que ces végétaux soient déjà habitués au climat de votre région, ce qui augmente les chances de survie hivernale. Cependant, si vos plants ont poussé en serre, il est important de les acclimater tranquillement à leur nouvel environnement extérieur.

– L’espace –

Il est fortement conseillé de réfléchir à l’espace disponible avant de choisir vos plantes. Il faut imaginer la plante à l’état mature et prévoir l’espace qu’elle occupera dans 10, 20 ou 30 ans.

Je vous invite également à vérifier les règlements de votre municipalité concernant la plantation ou l’abattage d’arbres et d’arbustes. Dans certaines municipalités, il est interdit de faire pousser des peupliers, certaines variétés d’érables ou autres types d’arbres et arbustes, puisque ces derniers peuvent endommager les conduits souterrains, les trottoirs et les fondations. Tenez également compte des fils électriques, des bâtiments à proximité des autres plantes matures, etc.

L’exposition –

Pour obtenir de magnifiques plantes, respectez leurs besoins! Si vous achetez une plante qui nécessite un milieu ensoleillé et qu’elle se retrouve à un endroit mi-ombragé lui procurant seulement 4 heures d’ensoleillement par jour, elle ne se développera jamais à son plein potentiel et ne vivra pas très longtemps. C’est donc une perte de temps et d’argent que d’essayer de faire pousser une plante à un endroit qui ne lui convient pas.

Les plantes de milieu ensoleillé demandent habituellement de 6 à 8 heures de lumière directe du soleil par jour. Idéalement, elles doivent être exposées au soleil de 10 h le matin jusqu’en fin d’après-midi.

Les plantes de mi-ombre, quant à elles, peuvent croître avec 4 à 6 heures de lumière directe par jour ou encore de lumière diffuse, mais soutenue pendant la majeure partie de la journée.

Finalement, celles de milieu ombragé peuvent croître sous une lumière diffuse ou avec aussi peu que 3 heures de lumière directe par jour. Ces plantes poussent bien sous les arbres. Au printemps, elles reçoivent beaucoup de lumière directe étant donné que le soleil est plus bas sur l’horizon, mais cette lumière ne leur est pas dommageable. En été, quand le rayonnement s’intensifie, elles sont protégées par le couvert végétal des arbres.

– Le type de sol –

Il est important de connaître notre type de sol pour savoir quelles espèces pourront bien y croître. En règle générale, un sol de qualité offre une bonne fertilité, un bon drainage et doit maintenir une quantité d’eau adéquate. Il faut comprendre que chaque plante présente des besoins différents. Certaines poussent même très bien dans un sol pauvre et sec. En connaissant votre type de sol et sa structure, vous pourrez choisir les végétaux qui s’y plairont.

– Ce qu’il faut éviter… –

Trop souvent, les gens font cette même erreur; ils entrent dans la serre et, attirés par les belles couleurs vives des vivaces ou des annuelles en floraison, ils se laissent tenter par ces dernières. C’est vrai qu’il est tentant de choisir une plante déjà en fleur à l’achat. C’est attrayant, coloré et on a l’impression qu’on aura simplement qu’à la transplanter rendu à la maison et le tour est joué. Ce que nous ignorons au moment de l’achat, c’est que ces plantes ont sûrement été « forcées ».

Qu’est-ce qu’une plante forcée?

Une plante forcée est une plante que l’on a contraint à fleurir ou à se développer hâtivement ou tardivement, en gros qu’on a forcé à fleurir à contre-saison. En serre, il est facile de forcer une plante à fleurir plus tôt en jouant sur la température et l’intensité lumineuse. Bien sûr, vous ne saurez jamais sur l’étiquette d’identification si la plante a été forcée ou non. C’est une méthode de vente très courante.

Quels sont les inconvénients du forçage?

Tout d’abord, la floraison est souvent moins durable que les plantes ayant fleuri naturellement. Cela est d’autant plus vrai pour les vivaces qui fleurissent généralement que quelques semaines durant la belle saison. Vous risquez donc de voir vos belles échinacées fleurir à peine quelques semaines, voire même quelques jours. Très décevant n’est-ce pas?

Ensuite, étant donné que ces plantes sont habituées aux températures douces et stables de la serre, elles demandent une plus longue période d’acclimatation pour demeurer à l’extérieur.

Finalement, la reprise d’une plante qui n’est pas en fleur est beaucoup plus facile après la plantation. À un tel point qu’il est recommandé de couper les fleurs d’une plante avant la transplantation. La raison à tout cela est que la plante demande énormément d’énergie pour être en fleur. Cette énergie n’est donc pas concentrée sur le développement racinaire, et par conséquent, la reprise peut s’avérer difficile après la transplantation. Cela peut même causer la mort de votre plante.

Je vous conseille donc de choisir une plante qui n’est pas en floraison, mais qui présente beaucoup de bourgeons floraux!

– L’aspect physique ou les signes d’une plante saine –

Voici les signes physiques d’une plante malade et ceux d’une plante saine.

Éviter les plantes qui présentent :

  • Un feuillage absent ou décoloré;
  • Un pot partiellement rempli de terre;
  • Une forme étiolée ou irrégulière.

Reconnaître une plante saine

Concernant la partie aérienne :

  • La plante bien ramifiée et touffue;
  • Le feuillage est vigoureux et bien coloré;
  • La plante est proportionnée au pot;
  • Le pot est rempli jusqu’à 2 cm du bord.

Concernant les racines :

• Pour les arbustes et les arbres, il est important de vérifier le système racinaire : Les racines doivent être saines et blanches, elles doivent être nombreuses et la motte devrait se détacher facilement du pot.

Éviter les racines brunes ou translucides. C’est souvent des signes de dommage de gel hivernal ou de maladie fongique.

• Une plante qui est demeurée dans son pot trop longtemps peut présenter un système racinaire « spiralé ». Le phénomène de spiralisation survient quand les racines, cherchant à s’étendre, finissent par toucher le bord du pot et commencent à se développer horizontalement en suivant le bord du contenant. Les racines finissent par s’enrouler sur elles-mêmes formant ainsi un « chignon » de racines, ce qui empêche la sève de circuler correctement et diminue de manière importante la durée de vie de notre plante. Si vous remarquez que quelques racines commencent ce développement, vous n’avez qu’à les couper avant de les remettre en terre.

– Un jardin écologique –

Nous vous encourageons vivement à planter plusieurs espèces différentes, afin de favoriser la biodiversité. Nous vous conseillons également de choisir des végétaux cultivés de manière écologique (ou biologique), meilleurs pour la santé et pour l’environnement. Plusieurs plantes peuvent être très utiles au jardin. Par exemple, vous pouvez opter pour des plantes mellifères pour attirer les pollinisateurs, des plantes fixatrices d’azote, des plantes hôtes offrant un abri et de la nourriture pour la faune, etc.

Nous le répétons souvent, jardiner de manière écologique et valoriser la biodiversité dans votre milieu est la clef pour avoir un jardin en santé et qui déborde de vie. En favorisant la biodiversité, vous attirerez des animaux bénéfiques dans votre jardin. Un des excellents moyens de réduire les infestations d’insectes nuisibles ou de les prévenir sans utiliser des produits nocifs, est d’encourager leurs prédateurs. De plus, afin de minimiser l’entretien destiné au désherbage ou à l’arrosage, vous pouvez choisir des plantes couvre-sols ou appliquer un bon paillis.

Plusieurs plantes peuvent être très utiles au jardin. Vous pouvez opter pour des plantes comestibles, des plantes médicinales, des plantes mellifères pour attirer les pollinisateurs, des plantes fixatrices d’azote, etc. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre article Les fonctions écologiques des plantes en permaculture.

En conclusion, après avoir bien réfléchi aux aspects traités ci-haut, vous n’avez maintenant plus qu’à suivre vos envies! Dans cet article, il aurait été possible d’énumérer simplement les aspects physiques à observer chez une plante avant l’achat, mais il est beaucoup trop important de comprendre que le choix des végétaux va au-delà de leur aspect physique ou esthétique. Sur ce, bonne réflexion et bon jardinage!

Références :

  • Le Grand Livre du Jardinage: Pour le Québec, Miranda Smith, adaptation Larry Hodgson, 2010, pages 34, 35.
  • Open permaculture school, Ultimate permaculture manual ebook, Regenerative Leadership Institute, Inc., 2014.
  • Espace pour la vie – Besoins des plantes

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top